Focus auteurs 2019


Cali

Cavale ça veut dire s’échapper  (Cherche-Midi)

Chanteur à textes, Cali s’affirme comme un hybride assez inédit entre Jean-Louis Murat et Julien Clerc, Christophe Miossec et Jacques Higelin... Emporté par un impétueux courant radiophonique, son succès  C’est quand le bonheur ?  séduit et réussit à amalgamer humour et humeur.

Le chanteur enchaîne ensuite les albums et les tournées. Après son roman Seuls les enfants savent aimer paru en 2018 aux éditions du Cherche-Midi, il publie en mars 2019 Cavale, ça veut dire s’échapper toujours au Cherche-Midi.

France Brel

Jacques Brel, auteur (Fondation Jacques Brel)

Fille du célèbre chanteur, elle est à la tête de la fondation Jacques Brel, créé en 1981.

À quelques mètres de la Grand place de Bruxelles se trouvent les locaux de la fondation dédiée au poète en tant que chanteur, mais aussi pour l’homme qu’il était dans l'intimité, avec qui elle traversa l’Atlantique sur un voilier, 4 ans avant sa disparition en 1978.

En plus d’être à la tête de cette fondation, France Brel publie des compilations, des chansons de son père, ainsi que des livres biographiques sur la vie de l’artiste disparu depuis 41 ans.
En 2018, la fondation Jacques Brel publie Jacques Brel, auteur qui regroupe l’intégrale de ses textes et Jacques Brel chanteur, l’intégrale de ses chansons.

Pierre Vasarely

Vasarely, une saga dans le siècle (Éd. Calmann Lévy)

Artiste plasticien qui a su laisser sa trace dans l’histoire de l’art du XXe siècle, Victor Vasarely est considéré comme étant le père de l’art optique.
Artiste phare des années 60, 70, il a su créer son propre style qu’il appelle art optique, un art social, accessible à tous. On retrouve sa patte un peu partout notamment sur la pochette de Space Oddity, album de David Bowie ou encore dans le secteur de l’automobile avec le logo Renault.

Son petit-fils, Pierre s’investit depuis de nombreuses années dans la vie de la fondation Vasarely. En 2004, il rejoint l’Union française des experts, en tant que spécialiste de l’art optique et des œuvres de son grand père.
Il préside la fondation Vasarely depuis 2009. En 2017, il est fait Chevalier des arts et des lettres.

Pour la première fois, à travers une biographie intitulée Vasarely, une saga dans le siècle il parle de son grand-père, son parcours, son art, ses amours et toutes les histoires judiciaires et familiales concernant son héritage.

Fabrice Midal

Traité de morale pour triompher des emmerdes (Éd. Flammarion)

Philosophe français et fondateur de l’École occidentale de méditation, Fabrice Midal revendique la pratique d’un bouddhisme laïc. Il étudie la méditation avec les grands maîtres de la tradition tibétaine.
En 1999, il soutient sa thèse de doctorat en philosophie, plus précisément, il étudie le sens sacré dans les œuvres d’art moderne.

En 2019, il publie Traité de morale pour triompher des emmerdes aux éditions Flammarion. Ouvrage dans lequel l’auteur ne nous apprendra pas à éviter les « emmerdes », mais à mieux les affronter.

©Astrid di Crollalanza

Agnès Ledig

Dans le murmure des feuilles qui dansent (Éd. Albin Michel)

Agnès Ledig exerçait le métier de sage-femme quand elle a publié son premier roman, Marie d’en haut (2011).

En 2013, il est suivi par Juste avant le bonheur chez Albin Michel, succès de librairie couronné par le prix des Maisons de la presse, puis quatre autres romans, traduits en douze langues. Adulée par son public, elle a publié Dans le murmure des feuilles qui dansent au printemps 2018.

Après Le petit arbre qui voulait devenir un nuage (avec F. Pillot) en 2017, Le Cimetière des mots doux est son 2e album pour enfants.

©Solène Reynier

Jean-François Kahn

M la maudite, la lettre qui permet de tout dire (Éd. Tallandier)

Diplômé d’une licence d’histoire, il se tourne très vite vers le journalisme.
Étant né peu avant la seconde Guerre Mondiale et après avoir été reporter dans plusieurs conflits armés notamment lors de la Guerre d’Algérie, Jean-François Kahn décide de mener une vie plus calme, il devient chroniqueur pour plusieurs émissions télévisées ou radio.

Tout au long de sa carrière, il publie de nombreux livres comme L’Horreur médiatique en 2014. En 2018, il publie M la maudite, la lettre qui permet de tout dire un ouvrage souvent considéré comme un véritable kaléidoscope de la vie.

Roger Lenglet

Le Livre noir de l'amiante (Éd. l’Archipel)

Passionné par le travail de Gaston Bachelard, philosophe autodidacte, il intègre l’université Paris X-Nanterre en philosophie.
Il devient ensuite lui-même enseignant à l’université de Paris XII en 1985.
En 2010, après la publication de nombreuses enquêtes sur le lobbying en santé publique et sur la corruption dont Le livre noir de l’amiante, il est élu à la Société française de l’histoire de la médecine.

Blaise Pierrehumbert

Le premier lien, théorie de l’attachement (éd. Odile Jacob)

Docteur en psychologie, directeur de recherche en psychiatrie de l’enfant au CHUV, il a enseigné la théorie de l’attachement notamment à l’Université de Lausanne.